Dans le village de Huoi Ha, au Vietnam, des habitants du village déploient des efforts extrêmes et risquent leur vie pour que leurs enfants puissent aller à l’école. Comme le rapporte le site vov.vn, ils placent leurs enfants dans des sacs en plastique pour les faire traverser la rivière.

Dans de nombreux pays, l’accès à la scolarité n’est pas aussi facile qu'elle peut l'être dans les pays riches. Ce village au Vietnam nous montre une fois encore le coût de l’éducation, si vital s’ils désirent échapper à la pauvreté. Et la tâche est ardue, puisqu’ils sont 50 écoliers à traverser cette rivière.

Crédit photo : vov.vn

Lorsque la saison sèche est là, les enfants passent la rivière grâce à des ponts et radeaux de bambou fragiles, mais une fois que la saison des pluies arrive, les efforts sont tout autres. Ils sont obligés de se munir de radeaux pour se déplacer. Dans le cas où les courants sont trop rapides, ils passent à une alternative.

Crédit photo : vov.vn

L’alternative en question n‘est pas sans risques, des pères de la région ont mis au point une solution faite maison. Pour protéger leurs enfants lors du transfert d’un côté à l’autre de la rivière, ils les installent dans des sacs en plastique pour qu’ils ne soient pas trempés une fois arrivé. Une seule erreur peut être fatale dans ces dangereux courants.

Crédit photo : vov.vn

Vo A Giong, chef du village a déclaré : « Nous avons averti les résidents des risques de traverser la rivière dans des sacs en plastique, mais la vitesse de l’eau peut également emporter les radeaux, ce qui les oblige à choisir cette voie. Plus tôt, une personne de la région a été blessée dans un radeau qui a chaviré ».

Crédit photo : vov.vn

Crédit photo : vov.vn

Nguyen Thi Thuy, directrice du pensionnat de l’école secondaire Na Sang a déclaré : « Nous espérons qu’au cours des prochaines années, l’État investira davantage, avec plus de ponts modernes pour amener les enfants à l‘école pendant la saison des pluies. »

Crédit photo : vov.vn

D’autant plus, qu’une fois la rivière traversée, leur périple ne s’arrête pas là. Il leur faut réaliser une randonnée de 5 heures sur 15 km de routes forestières glissantes.

À lire aussi

Comments

Leave a Reply