À St-Helens, dans le comté de Merseyside en Angleterre, Megan Taylor est une jeune femme âgée de 22 ans qui tente de vivre normalement malgré sa déficience visuelle, à cause de laquelle elle doit se déplacer avec un chien guide nommé Rowley.

Seulement voilà, pour certaines personnes, les chiens guides ne sont que des labradors au pelage doré ou clair. C’est en tout cas la remarque qu’elle a reçu lorsqu’elle est montée dans le bus avec son chien guide de couleur noir.

En montant dans le bus, une passagère lui assène de sortir son « putain de chien ». Troublée par cette invective, Megan Taylor se demande bien quel est le problème. Et la dame lui répond qu’elle ne pense que le labrador noir qu’elle tient en laisse soit réellement un chien guide.

Selon Liverpool Echo qui relaye l’histoire, Megan Taylor tente tout de même d’expliquer poliment à cette dame la stupidité de sa logique. Son chien Rowley est bel et bien un chien guide pour aveugles mais la passagère n’en démord pas, la traitant de menteuse : « J’ai essayé de lui expliquer que les chiens guides pouvaient être de n’importe quelle couleur et qu’ils ne sont pas forcément des labradors, elle m’a dit que j’avais tort ».

Bon, comment continuer à discuter si l’interlocuteur est aussi buté que ça : « J’ai décidé qu’à ce point là, je n’avais plus rien d’autre à dire pour éduquer cette femme et qu’elle ne valait pas la peine que je perde mon temps. J’ai alors choisi de l’ignorer pendant qu’elle continuer à déblatérer ses non-sens ».

Liverpool Echo

Megan souffre d’un aveuglement épisodique depuis l’âge de 15 ans à cause d’une sérieuse blessure à la tête. Une blessure qui lui vaut également parfois une perte de l’audition, un équilibre bancal, des malaises et le vertige : « Je souffre de multiples fractures du crâne à cause d’un incident qui m’a laissé de nombreuses séquelles handicapantes. Je peux perdre ma vue à n’importe quel moment sans prévenir, ce qui est terrifiant ».

Aujourd’hui, elle est donc assistée par Rowley, son second chien guide après Ruby. Rowley l’aide désormais sur de nombreuses tâches au quotidien, étant même capable d’utiliser le téléphone si sa maîtresse perd conscience afin d’appeler les secours.

« Les gens devraient savoir à quel point les chiens guides peuvent être de différents races et tailles, et qu’ils sont entraînés à aider les personnes qui ont des handicaps. Comme les chaises roulantes, les déambulateurs ou une paire de lunettes, ils sont importants et vitaux pour des aides auxiliaires et sont légalement autorisés à accompagner leur maître handicapé dans tous les espaces publics » explique-t-elle.

Liverpool Echo

Malheureusement, cette anecdote vécue dans le bus n’est pas la première mauvaise expérience qu’elle subit : « On m’a déjà craché dessus, marcher dessus, pousser et j’ai déjà été accusé d’être une ‘autre ado junkie et bourrée’ quand je perdais conscience à cause de ma condition cardiaque et neurologique ».

Elle avoue ne jamais se sentir en sécurité lorsqu’elle prend les transports mais ne veut pourtant pas se laisser décourager : « J’essaye de rester positive et de ne pas laisser ces incidents comme celui-là m’abattre parce que je n’ai pas honte de mon handicap. Malgré ces mauvaises expériences, je sais qu’il s’agit d’une minorité et que la plupart des gens sont bons et bienveillants ».

À lire aussi

Comments

Leave a Reply