Dans la nuit du 2 au 3 septembre dernier, une famille résidente à Gingelom (dans le Limbourg, nord de la Belgique) a été victime d’un cambriolage. Une triste mésaventure mais le pire fut la disparition d’un pendentif gravé du nom de leur fillette décédée.

Ainsi, la mère de famille avait publié un message sur Facebook afin de faire part de sa tristesse. D’une forte valeur sentimentale, le pendentif contenait une photo de la petite Axana, décédée d’une méningite en 2002 alors qu’elle n’était qu’un bébé. Sur son message, elle espère que « les coupables ont un cœur » et viendront rendre l’objet.

Relayé des milliers de fois sur les réseaux sociaux, les auteurs du larcin ont, semble-t-il, eu des remords lorsqu’ils ont eu connaissance de ce message. En effet, quelques jours après, elle retrouve le pendentif, sans la chaîne, dans une enveloppe déposée dans sa boîte aux lettres.

Interrogée par le quotidien flamand Het Laatste Nieuws, la mère était très reconnaissante envers toutes les personnes qui avaient partagé le message pour que ce dernier remonte jusqu’aux voleurs : « Mes parents et moi ne sommes pas encore remis du cambriolage. Que nous ayons récupéré le pendentif atténue légèrement notre douleur. Apparemment, ces voleurs ont un coeur » confie-t-il.

Un petit geste d’humanité qui ne change rien pour les cambrioleurs puisqu’ils sont toujours recherchés par la police.

À lire aussi

Comments

Leave a Reply