Un pêcheur corse a retrouvé un verre en plastique quasi entier dans l'estomac du poisson qu'il venait d'attraper ce mercredi près de Lucciana, sur l'île méditerranéenne. Une triste découverte qui illustre un peu plus les dégâts du plastique sur l'environnement et la faune marine.

Crédits : Twitter @Turchina2b

L'impact de l'activité humaine sur la planète est une nouvelle fois démontré. Mercredi 5 septembre, lors d’une partie de pêche sur la commune corse de Lucciana, Jean-Louis Guaitella a eu la mauvaise surprise de trouver un verre en plastique dans l’estomac d’un poisson tout juste attrapé, rapporte France 3 Corse.

Sa fille a alors posté une photo de l'animal sur Twitter le jour même. « Mon père, un pêcheur, a pêché un cabot ce matin, avec un verre en plastique dans l’estomac, décrit-elle en langue corse. Pour les poissons aussi, c'est la « crise des déchets ». Tout va mal… »

La publication, largement partagée, a suscité de nombreuses réactions indignées sur le réseau social : « Quelle tragédie, que laisserons-nous aux générations futures  ? », « Quelle tristesse », « Triste planète », peut-on lire parmi les commentaires.

La menace du plastique

La mer Méditerranée regorge de déchets de ce type, faisant d'elle l'une des plus polluées au monde. Le plastique représente en effet 95 % des déchets retrouvés en haute mer, dans les fonds marins et sur les plages de la Méditerranée, souligne un rapport de l’organisation mondiale de protection de l'environnement WWF publié en juin dernier. Ces détritus proviennent majoritairement de Turquie et d’Espagne, mais aussi d’Italie, d’Égypte et de France.

Autant de déchets qui constituent une véritable menace pour l'écosystème. Il arrive en effet que de gros morceaux de plastique blessent, étouffent et tuent des animaux marins, y compris des espèces protégées et en voie de disparition.

C'est pourquoi les drames de ce genre se multiplient un peu partout. En juillet dernier, une tortue de mer a été retrouvée le cou coincé dans une chaise sur une plage d'Alabama, aux États-Unis. Il y a trois mois, en Thaïlande, un dauphin succombait après avoir ingurgité 80 sacs en plastique. Pareil pour ce cachalot découvert mort sur une plage espagnole avec 29 kg de déchets plastiques dans son ventre.

À lire aussi

Comments

Leave a Reply