Une Américaine de 85 ans a réussi l'exploit de boucler le marathon de New York, dimanche dernier.

Seule octogénaire à participer au marathon de New York ce dimanche, Ginette Bedard est parvenue à boucler les 42,195 kilomètres en 6h19 minutes et une seconde, devenant par la même occasion la plus vieille participante à terminer la mythique épreuve, à l’âge de 85 ans.

Cette performance est d’autant plus incroyable que Ginette, qui prenait le départ du marathon de la « Grosse pomme » pour la 16e fois, ne s’était pas véritablement préparée pour l’événement. Il faut dire qu’elle n'en avait pas spécialement besoin car cette « mamie runneuse » court 3 heures et 20 km par jour tout au long de l’année, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige.

« C’est une addiction, une habitude et puis c’est tout ! »

Un entraînement qu’elle pratique au quotidien depuis ses… 69 ans. Avant cela, elle n’avait encore jamais pratiqué la course à pied. Mieux vaut tard que jamais ! Plus qu’un loisir, le running est devenu une drogue à accoutumance, selon elle. Alors elle court encore et toujours le long de la plage qui borde son quartier d’Howard Beach situé dans le Queens, à quelques encablures de l’aéroport JFK. « C'est une addiction, une habitude, et puis c'est tout (…) je suis retraitée, mon mari n'est plus là. Quoi faire ? Alors je cours. Ça passe le temps », avait-elle ainsi confié à nos confrères américains de NDTV, deux jours avant l’épreuve.

Native de Metz et originaire de Lorraine, Ginette a immigré aux États-Unis dans les années 1970, puis a obtenu la nationalité américaine deux décennies plus tard. En 2005, alors qu’elle ne s’aligne sur la distance reine que depuis peu, elle parvient à boucler le marathon de New York en 3h et 46 minutes, à l'âge de 72 ans, établissant un nouveau record dans sa catégorie. Une marque qui a depuis été battue.

« Je peux encore mettre le bikini que j'avais quand j'avais 16 ans »

« Moralement et physiquement, je me sens jeune, comme si j'avais toujours 20 ans » assure cette ex-employée de la compagnie aérienne Alitalia, qui délaisse volontiers les régimes et autres compléments alimentaires privilégiés par certains marathoniens, préférant « (son) petit vin, (son) petit fromage et une glace ». » Je peux encore mettre le bikini que j'avais quand j'avais 16 ans. », affirme-t-elle, non sans un certain humour.

Veuve depuis 4 ans, elle confie se sentir seule parfois et souhaiterait rencontrer quelqu'un. Toutefois, cette solitude ne la dérange pas pour courir, bien au contraire, elle préfère car celui lui permet de repenser à sa longue vie, une course que cette hyperactive, débordante d’énergie, n’est pas encore prête de terminer.

Un véritable art de vivre et une belle leçon de courage et de volonté.

À lire aussi

Comments

Leave a Reply