En Nouvelle-Zélande, un pêcheur à la ligne a sauvé un bébé de 18 mois, qu'il prenait au premier abord pour une poupée, qui flottait dans l'océan.

L’histoire miraculeuse est survenue le 26 octobre sur une plage de la Bay of Plenty, quand un pêcheur néo-zélandais qui préparait sa pêche matinale, aperçut le bébé flottant sur l’eau : « J’ai cru que c’était juste une poupée » raconte Gus Hutt au journal local Whakatane Beacon. « Alors j’ai tendu la main, je l’ai saisi par le bras et même là, je croyais encore que c’était juste une poupée […] Son visage avait l’air d’être en porcelaine, avec ses cheveux courts aplatis sur le visage, mais il a lâché un petit cri et je me suis dit  : Oh mon dieu, c’est un bébé et il est en vie ».

La plage de Matata, en Nouvelle-Zéland, où le bébé s'était échappé de la tente de ses parents. Crédit photo : Shutterstock / Jana Rajcokova

« Il faut moins d’une minute pour qu’un enfant se noie »

Il s’agissait de Malachi Reeve, âgé de 18 mois. L’enfant avait échappé à la vigilance de ses parents endormis dans une tente où ils campaient au bord de mer. Après avoir ouvert la tente, il est parti vers l’eau, où il s’est fait attraper par le courant.

M. Hutt, le pêcheur, avait choisi ce jour-là de pêcher à une centaine de mètres de l’endroit où il avait ses habitudes. « Si je n’avais pas été là ou si j’avais été là une minute plus tard, je ne l’aurais pas vu ». Immédiatement, le pêcheur confie le petit miraculé à sa femme qui court jusqu’à la tente du seul couple de visiteurs ayant un bébé.

Le bébé miraculé, a été conduit à l’hôpital le plus proche. Jessica, la mère de Malachi, déclare avoir trouvé son bébé « rouge, froid et plus petit que d’habitude » et décrit l’incident comme « horrible » auprès du média Stuff.

Jonty Mills, directeur général de Water Safety New Zealand, organisation chargée de promouvoir la sécurité dans les rivières, lacs et plages, a déclaré à l’AFP qu’il s’agissait d’une « histoire plutôt miraculeuse », appelant les parents à la vigilance. « Il faut moins d’une minute pour qu’un enfant se noie. La sécurité des petits nécessite une surveillance adulte de tous les instants ».

À lire aussi

Comments

Leave a Reply