Le footballeur Emiliano Sala est bel et bien décédé. La dépouille retrouvée dans l’épave de l’appareil, qui gisait par 70m de fond dans la Manche, était bien la sienne, ont annoncé les autorités locales de Dorset (Grande-Bretagne). Triste épilogue d’un terrible accident dont on ignore encore les causes.

Bien que les chances de retrouver Emiliano Sala en vie s’amenuisaient de jour en jour, un infime espoir subsistait toutefois depuis la reprise des recherches, le 3 février.

Mais le miracle n’a pas eu lieu et ce mince espoir s’est envolé lorsque la mauvaise nouvelle est tombée jeudi soir. La police britannique a en effet confirmé, peu après 22h (heure locale), que le corps repêché la veille dans l’épave de l’avion de tourisme, qui avait disparu des radars le 21 janvier dernier, était bien celui du footballeur italo-argentin.

L’annonce de son identification et de son décès a provoqué une immense vague d’émotion dans le petit monde du ballon rond, qui a tenu à rendre hommage à un joueur et à un homme apprécié de tous.

Les hommages se multiplient

Le joueur du PSG Kylian MBappé - qui avait fait un don conséquent pour la cagnotte à l’origine de la reprise des recherches - a fait part de sa tristesse sur Twitter, tout comme le Rennais Clément Grenier.

D’autres comme l’ex-marseillais Djibril Cissé ou encore le buteur argentin Gabriel Batistuta, qui fut l’idole de jeunesse d’Emiliano Sala, ont également exprimé leur chagrin. 

Diego Maradona, l’ancienne gloire argentine a de son côté adressé un message de condoléances à la famille du défunt, imité par de nombreuses autres personnalités du football, telles que Wayne Rooney, Mesut Özil, ou encore Bixente Lizarazu.

Joueurs et anonymes mais aussi clubs prestigieux, tous ont tenu à saluer la mémoire de celui qui aura joué l’essentiel de sa carrière en France.

Sa soeur Romina, qui avait ému le monde entier quelques jours auparavant en publiant un cliché bouleversant de la chienne du joueur, a elle aussi rendu hommage à son frère disparu avec un message touchant.

Voir cette publication sur Instagram

Tu alma en mi alma  brillará por siempre,  iluminando así, el tiempo de mi existir.  Te amo tito.

Une publication partagée par Romina Sala (@salaromina) le

« Ton âme dans mon âme brillera pour toujours, illuminant ainsi le temps de mon existence. Je t'aime Tito. », a-t-elle ainsi publié sur son compte Instagram, en reprenant les paroles d’un célèbre tube de l'artiste argentin Abel Pintos.

Le FC Nantes retire son n°9

Arrivé à l’âge de 20 ans en France, à Bordeaux, après avoir fait ses classes au centre de formation argentin Proyecto Crecer - partenaire des Girondins -, Emiliano Sala n’a jamais vraiment eu sa chance avec le club bordelais, malgré de bonnes performances avec l’équipe réserve (11 buts en 30 matches en 2011/2012, année de ses débuts avec l’équipe première).

Prêté deux saisons de suite, d’abord à Orléans en National puis à Niort en Ligue 2, le natif de la province de Santa Fé (Argentine) inscrira la bagatelle de 39 buts en 74 matches en deux ans, avant de revenir à Bordeaux à l’été 2014, où il ne jouera que très peu (11 matches pour un seul petit but).

Sa carrière va véritablement décoller en 2015 avec son prêt de 6 mois au SM Caen. Titulaire indiscutable sur le front de l’attaque caennaise, il inscrira 5 buts en seulement 13 matches, laissant un souvenir impérissable du côté du stade Michel-d’Ornano.

Transféré dans la foulée au FC Nantes pour 1 million d’euros, il y connaîtra ses meilleures saisons sportives, inscrivant 48 buts en 133 matches.

Avant-centre longiligne (1m87), parfois moqué pour sa démarche bringuebalante et sa technique limitée, il était néanmoins un redoutable joueur de tête et un véritable guerrier sur le terrain, n’hésitant pas à aller au combat, dans la grande tradition des buteurs argentins. Des qualités de battant et un sens du fair-play (un seul carton rouge en carrière) qui en faisaient un joueur apprécié autant par ses coéquipiers que par ses adversaires.

Auteur d’un début de saison parfait avec les Canaris nantais (14 buts en 20 matches), il venait d’être transféré au Cardiff FC pour la somme de 17 millions d’euros (record du club), lorsque l’avion qui le ramenait dans la capitale galloise a disparu au-dessus des îles anglo-normandes, le 21 janvier dernier.

Emiliano Sala avait fait part de ses craintes à certains de ses coéquipiers quant à ce vol, et avait même confié cette inquiétude à ses proches via un message Whatsapp tristement prémonitoire, quelques instants avant de disparaître.

L’épave de l’appareil avait été localisée dimanche dernier avec à son bord un corps qui a donc été identifié comme celui du joueur. La dépouille du pilote anglais Dave Ibbotson (59 ans), qui l'accompagnait, n’a en revanche pas été retrouvée.

Fait extrêmement rarissime dans le football, le club du FC Nantes a décidé de retirer son numéro 9, celui que portait le joueur. La Ligue 1 et la Ligue 2 lui rendront un dernier hommage ce week-end en observant une minute d'applaudissements sur tous les terrains.

Emiliano Sala avait 28 ans.

À lire aussi

Comments

Leave a Reply