Emmanuel Macron va rendre hommage au maréchal Pétain, ainsi qu’à 7 autres maréchaux s’étant illustrés durant le premier conflit mondial, ce samedi aux Invalides. Une décision qui ne passe pas inaperçue.

Au rayon des petites phrases, le chef de l’État n’a pas son pareil pour faire les choux gras de la presse avec son sens de la formule, suscitant toujours autant de réactions positives que négatives. Son verbe, qui a tendance à exaspérer autant qu’il fascine, a même inspiré un trio d’amis, originaires du Nord, lesquels ont eu la bonne idée d'utiliser certaines de ses répliques les plus connues pour en faire des vêtements et des objets, vendus sur internet à des fins caritatives.

Mais la dernière sortie du président pourrait bien égratigner son image aux yeux de beaucoup de nos concitoyens. Alors qu’il poursuit ce mercredi son « itinérance mémorielle » sur les lieux des pires atrocités du conflit de 1914-1918, Emmanuel Macron a en effet lâché une déclaration qui suscite déjà la polémique.

Le président considère ainsi qu’il est « légitime » de rendre « hommage » à tous les « maréchaux de France qui ont conduit à la victoire » en 1918. Jusqu’ici tout va bien, à ceci près que parmi ces derniers, le chef de l’État y inclut le plus tristement célèbre d’entre eux : le maréchal Pétain. Certes consacré héros de la « Grande guerre » pour son rôle dans la bataille de Verdun, l'intéressé a toutefois été banni des honneurs de la patrie avant de devenir « persona non grata » des livres d’histoire, en raison de sa collaboration avec les Nazis durant la Seconde Guerre mondiale.

Le maréchal Pétain (à droite) serrant la main d'Adolf Hitler, lors de l'entrevue de Montoire, scellant la collaboration entre le régime de Vichy et l'Allemagne nazie, le 24 octobre 1940. Crédit photo : Heinrich Hoffman / Bundesarchiv, Bild 183-J28036.

Avec les sept autres maréchaux qui se sont illustrés lors de la Première Guerre mondiale, Philippe Pétain sera donc bien honoré ce samedi aux Invalides, lors d’une cérémonie officielle à laquelle prendront part plusieurs sommités de la « Grande muette ».

Pétain, « un grand soldat à la Première Guerre » qui « a conduit à des chois funestes durant la Deuxième »

Emmanuel Macron juge en effet « légitime » de rendre un tel hommage au maréchal Pétain, insistant sur le fait que l’ancien homme fort du régime collaborationniste de Vichy avait auparavant été « un grand soldat » lors du premier conflit mondial, tout en ayant « conduit à des choix funestes » par la suite, en participant activement à la collaboration, marquée par la déportation de nombreux juifs vivant sur le sol français.

« Je n’occulte aucune page de l’histoire et le Maréchal Pétain a été aussi un grand soldat (…) C’est une réalité de notre pays (…) C’est aussi ce qui fait que la vie politique comme l’humaine nature sont parfois plus complexes que ce que l’on voudrait croire : on peut avoir été un grand soldat à la Première guerre mondiale et avoir conduit à des choix funestes durant la Deuxième (…) J’ai toujours regardé l’histoire de notre pays en face », s’est-il ainsi défendu, comme pour mieux anticiper les critiques et la polémique engendrées par ses propos.

« Je me suis toujours opposé au défaitisme français (…) ou à la complaisance envers toute idéologie », a-t-il ajouté, avant de conclure : « Mais je reconnais la part que nos maréchaux et notre armée ont jouée dans la victoire française (…) la victoire d’une nation combattante ».

Cette déclaration n’a pas manqué de faire réagir, à commencer par le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), lequel s’est dit « choqué », rappelant, par la voix de son chef Francis Khalifat, que « la seule chose que nous retiendrons de Pétain, c’est qu’il a été, au nom du peuple français, frappé d’indignité nationale lors de son procès en juillet 1945 ».

Benoît Hamon, mais aussi Jean-Luc Mélenchon ou encore le porte-parole du PS, Pierre Jouvet, se sont également offusqués de ces paroles sur twitter.

À lire aussi

Comments

Leave a Reply