Mardi matin, l’athlète paralympique, Jean-Baptiste Alaize, a été contraint de se déshabiller face à un agent de sécurité à l’aéroport de Nice.

Jean-Baptiste Alaize, amputé d’une jambe, a vécu une situation particulière et humiliante à l’aéroport de Nice (Alpes-Maritimes). Il raconte qu’un agent de sécurité l’a obligé à se déshabiller pour contrôler la prothèse de sa jambe. « L’agent de sécurité m’a demandé sans raison valable de me déshabiller pour regarder ma prothèse. J’ai accepté par obligation », explique l’athlète sur son compte Instagram.

Voir cette publication sur Instagram

J’ai comme le sentiment d’avoir été violé ce matin à aéroport de Nice avant mon vol en direction de Paris. Ça a sonné au passage du portique comme toujours avec ma prothèse. J'ai expliqué pourquoi. L'agent de sécurité m’a fait aller dans une cabine et j'ai montré le bas de ma prothèse. Et là, l'agent de sécurité m'a demandé sans raison valable de me déshabiller pour regarder ma prothèse!!! J'ai accepté par obligation ! Très choqué, j’ai eu une altercation avec l’agent qui a appelé la police, sans comprendre qu’il avait atteint à ma pudeur! Il ne s'est même pas excusé!!! Alors je voulais partager ce message avec vous direct parce que être handicapé en France est très difficile. Subir en plus des humiliations comme ça ! #aeroportnice @aeroportnice #humiliation #discrimination #nodiference #vivelafrance #france @peaceandsport

Une publication partagée par Jean Baptiste AlaizeOff (@jbalaize) le

Recordman du monde de saut en longueur handisport, l’athlète de 27 ans a vécu cette scène comme une humiliation et a tenu à le faire savoir sur les réseaux sociaux. « J’ai comme le sentiment d’avoir été violé. »

Son attachée de presse, Florence de Silva, a aussi fait part de son indignation sur Twitter. Elle explique que « le portique sonne comme toujours à cause de sa prothèse. » Elle poursuit dans un second tweet : « Jean-Baptiste Alaize, très choqué, accepte de se déshabiller, et s'en suit une altercation. L'agent de sécurité appelle la police qui, elle, s'est excusée. Lui, rien ! Pas un mot après cette humiliation gratuite ! Jamais dans aucun aéroport du monde on ne lui a demandé ça ! ».

Jean-Baptiste Alaize « trouve ça très pervers » a-t-il confié à France Bleu Drôme Ardèche et a ajouté que « même aux États-Unis ou à Dubaï, on ne [lui] a jamais infligé ce type de contrôle. »

Même si l’aéroport de Nice a présenté ses excuses sur Twitter : « pour cette mauvaise expérience. Sachez que nous sommes très sensibles au bien-être de tous nos passagers », le sportif drômois et son avocat envisagent de porter plainte.

Jean-Baptiste Alaize espère que cette mésaventure fera ouvrir les yeux des Français sur le handicap et les humiliations quotidiennes infligées aux personnes atteintes d’un handicap. Un film est d’ailleurs en préparation sur la vie de Jean-Baptiste Alaize, qui regarde un peu plus loin, vers les mondiaux d'athlétisme et les Jeux Paralympiques de Tokyo.

À lire aussi

Comments

Leave a Reply