Un chasseur de trophées a récemment abattu un loup considéré comme une mascotte du Parc de Yellowstone, aux États-Unis.

Une louve très connue et vivant dans les environs de Yellowstone (Montana) a été récemment abattue par un chasseur de trophées, alors qu’elle s’était aventurée au-delà des limites du célèbre parc national américain. Une mort qui en a secoué plus d’un dans la région.

Un célèbre loup du parc de Yellowstone abattu par un chasseur de trophées. Crédit photo : capture d'écran Facebook

Il faut dire, sans mauvais jeu de mots, que l’animal était connu comme le loup blanc. Âgée de 7 ans, cette femelle étaient en effet une véritable mascotte du parc, depuis qu’elle avait succédé à sa mère - elle aussi abattue par un chasseur - en devenant l’alpha de sa meute, c’est-à-dire la cheffe dirigeant le groupe.

Surnommé « Spitfire » par les partisans de la protection des canidés, l’animal a été tué à l’extérieur du parc, ce qui n’est pas considéré comme un crime au regard de la loi. « C'est avec le coeur brisé que nous partageons cette info confirmant que le loup tué à l’extérieur du parc était le membre 926F du Lamar Canyon Pack (numéro et nom attribués par les scientifiques observant la meute, ndlr) », a ainsi indiqué l’organisation de défense des loups, baptisée « Wolves of the Rockies », le 28 novembre sur sa page Facebook.

Les animaux sauvages n’étant plus protégés en dehors du parc, les chasseurs ont ainsi tout le loisir de se livrer à leur partie de chasse pour ramener de funestes trophées, comme l’a rappelé Brooks Fahy, directeur de Predator Defence : « Une fois que les loups ont franchi les limites du parc, ils ne bénéficient d’aucune protection ».

Les associations de défense des animaux sauvages espèrent que cette fin tragique incitera les autorités compétentes à agir en conséquence afin d’éviter d’autres incidents du même genre à l’avenir. Sur le post Facebook annonçant la mort de l’animal, l’association « Wolves of the rockies » demande ainsi au plus grand nombre de se « joindre à (son) combat pour mettre en place et financer une aire sécurisée en dehors du parc ».

Au-delà de la protection de l’animal, il en va également de la sauvegarde de tout un écosystème car le loup s'avère être un prédateur nécessaire à l'harmonie de la nature et sa disparition pourrait donc menacer ce fragile équilibre.

À lire aussi

Comments

Leave a Reply